vendredi 13 juillet 2018

SKIPSTER #14 (PEINTURE ET VIS DE FORME)

59 454 KM

Ca y est. Cette affaire de peinture douteuse soulevée dans Skipster 13 figure au rang des souvenirs. Me voilà avec un ensemble tés / bras de fourche comme neuf. Passé entre les mains expertes de Nico, l'avant du Skip a retrouvé une belle surface noire unie légèrement brillante. Une simple formalité pour un expert de l'aérographe comme lui. Ce n'est pas grand chose dans l'absolu, mais c'est quand même nettement plus plaisant à regarder.
Et quand on ne la regarde pas, une moto ça roule. Enfin en principe. De retour d'un ce ces trips qui nous a menés au plus profond de lieux d'une quasi autre époque, mon Sport's préféré m'a réservé un de ses tours de derrière les fagots. 
Après une halte expresso / causerie au coin d'une terrasse, un "clic" et l'extinction généralisée du sapin de Noël à la place du BROAAA réglementaire me plongent dans une légère angoisse. A l'ouverture du cache latéral abritant tout le tintouin électrique, surprise, plus de vis de fixation de la bride qui maintient la batterie. Conséquence assez rapidement constatée, la batterie profitant de cette relative liberté a provoqué un jeu suffisant au niveau de la vis de cosse de masse pour provoquer le gag. La vis en question resserrée, la bride saisie comme il le faut à l'aide d'un rilsan et la BROAAA tant attendu s'est produit. 
Vis bien entendu remplacée et pour ne pas mégoter, j'ai collé derrière sa tête une rondelle Grower histoire d'être vraiment tranquille.
Bon, sur le coup, mon angoisse était quand même relative. Accompagné de Longstroke, son Leatherman et son flegme, de Mc Gyver l'homme de toutes les solutions, la probabilité de ne pas ramener la machine à la maison sur ses roues était faible. Dernière chose, toujours avoir des rilsans à portée de main, version 2.0 du fil de fer cher à Alberto Granado* dont je reprends à mon compte cette excellente théorie: "Partout où je peux remplacer une vis et un écrou par du fil de fer, je préfère."
Même à l'occasion d'un simple coup de pinceau, la taulier de Choppersteel procède à un essai de la machine. Du coup, avec l'oeil, l'oreille et le feeling du pro, il peut détecter des choses qui nous échappent. Il est bien connu qu'on s'habitue aux défauts qui apparaissent progressivement. En l’occurrence, les roulements de bras oscillants un peu fatigués.
Je profite donc de la fin de vie du gommard arrière, (Pirelli NIght Dragon, remplacé par le même tout neuf) pour changer ces fameux roulements. A propos du Pirelli, 15 647 dans la bande de roulement, ce pneu est vraiment un excellent choix pour le rapport grip/endurance/prix. 
Me voilà paré pour quelques roulages tranquilles.


*Compagnon de Ernesto Guevara avec lequel il entreprit en 1952 le fameux "Voyage à motocyclette" au guidon d'une Norton 500 de 1939.



vendredi 8 juin 2018

LE SPORTS' DU WEEK END #39


Un petit week end à Kawasaki, ça vous dit? Pas de panique, c'est bien "à" et pas "en". Voilà, tout le monde est rassuré. D'autant plus que cette fin de semaine me ramène du côté de Hide Motorcycle, mon custom builder japonais préféré. 
Deux choses ont fait tilter ma rétine dans cette moto, un 883 R de 2002. Les traitements de surface avec ce contraste de bleu très velouté et de noir satiné et ce côté très vieille anglaise avec cette selle bicolore.
Machine plutôt mince à la base, ce Sports' s'étoffe un brin, avec cette selle originale et massive par rapport aux standards de la customisation de la "petite" Harley. Impression renforcée par la paire de "fork covers", les voiles de roues et les pneus Firestone en 19" et 16". Pour compléter cet effet, un réservoir rondouillard qui abrite à l'avant le petit compteur, discret et en même temps bien placé.
Allez, c'est parti!

jeudi 31 mai 2018

Comparo Harley Davidson Sportster 1200 Forty Eight Special & Iron

 
Suite, et fin, de la trilogie "Le retour du Sportster". De loin le meilleur épisode de cette saga. L'essai proposé par Le Repaire des Motards n'en est pas un. Si les aspects techniques ne sont pas absents, Philippe Guillaume se concentre sur l'essentiel et il a tout compris: le plaisir, les émotions, les sensations que délivrent ces machines. Si on adhère au concept.
Rouler en Sporty, c'est une question de ressenti, pas de fiche technique ou de comparaison car la raison n'a rien à voir là-dedans. 
Voilà une bonne vingtaine d'années que la déraison à moto, pour le reste je ne me prononce pas, est devenu mon credo. Pas qu'en HD d'ailleurs. Pour le meilleur. Et quelques emmerdes parfois sur le bord de la route. Ce qui fait la différence entre une virée et une virée dont on reparle longtemps après.

lundi 28 mai 2018

2018 Harley-Davidson Forty-Eight Special 1200 Sportster

 
C'est à présent Auto Moto qui s'y colle pour la présentation des Sports' 2018. Après celle de Moto Station on sait déjà tout, ou presque. Cette vidéo mérite le détour pour sa forme en particulier. En effet, TF1 a confié les manettes au stagiaire de 3ème fraîchement débarqué.
Ne manquez surtout pas la chapitre consacré aux trains avants dès les premières secondes. Désormais votre marchand de gommes vous proposera au choix du pneu fin ou épais, telle la tranche de jambon découpée par la charcutière.
Un peu plus loin, l'escroquerie HD est enfin révélée: les motos sont vendus sans pots ni filtre à air. Il semblerait que cela convienne à certains puisque la plupart, donc pas tous, les proprios de Sportsters en font installer.  
Du coup, forcément, un peu plus loin, le stagiaire qui trouve qu'on entend trop le moteur (???), veut y coller, casus belli, une valve façon Ducati. Pitié, on est déjà assez raillés comme cela. Si en plus on nous met du Ducati dans l'échappement...
Autre scoop, si vous hésitiez entre la Royal Enfield Himalyan et le Forty Eight pour votre traversée des Alpes par les chemins, cet essai sera décisif pour le choix.
Pour finir, si vous franchissez le pas, vous éviterez tout à la fois l'achat du best seller de Dale Carnegie, "Comment de faire des amis" ainsi qu'une triste vie de solitude. 
Merci Auto Moto.

dimanche 27 mai 2018

Essai Harley Davidson 2018 : Forty Eight & Iron 1200


Plutôt intéressant cet essai des deux nouveaux Sportsters 48 Special et Iron 1200 de Moto Station. La philosophie de cette moto est bien mise en avant ainsi que son caractère légèrement brut de fonderie. C'est précisément ce qui me séduit dans le Sports': ce côté légèrement rugueux, parfois un poil caractériel comme celui de mon 1340 dans les 90's. La sensation d'abord! On est assez loin en effet de celui bien plus lisse des récents Big Twins. Bien entendu, c'est appréciable sur un gros Tourer comme le Street Glide, surtout si on pratique le duo, un peu moins à mon sens sur un modèle comme le Street Bob. Deux engins que j'ai pu essayer en concession. 
Il n'en demeure pas moins que moyennant quelques aménagements, la "petite" Harley est une super machine plutôt adaptée à notre réseau routier et qui permet d'envisager du Road Trip au long cours sans être ruiné à la fin de la journée.
Tout cela pour dire que je suis fana du Sports' dans sa configuration actuelle, pourvu que ça dure, et que en l'état, si j'étais appelé à changer, (hautement improbable) ce serait pour retrouver un 1340, Dyna de préférence ou un 1200 à carbu. 

mardi 22 mai 2018

OLD SCHOOL DAY 2018


L'Agence Spatiale Européenne s'interroge encore 48 heures après les faits. Rien n'explique cette fumée visible depuis l'espace au sud de la montagne Ste Victoire. 
Pas étonnant. L'activité des barbeuks autour de multiples engins à deux, trois ou quatre roues présents ce dimanche 20 mai à Châteauneuf le Rouge ne devait rien à la technologie de pointe. Ici, pas de sondes lambda, d'ABS, de modes cartographiques, de norme Euro 4, d'injection. Rien que de la grosse ferraille, chromée, oxydée, flammée, restaurée, dans son jus qui fonctionne au gré de son humeur et de la volonté de son propriétaire. Pour rentrer sa bécane ou sa bagnole sur l'expo, prière de présenter un carbu en règle.
Dans des espaces dédiés, on pouvait alors admirer pas mal de Twins de Milwaukee, mais pas que, dont quelques Knuckle de derrière les fagots et une belle brochette de Shovel. Les voitures se taillaient la part du lion. Un beau petit lot de VW, par ici, une foultitude de V8, oscillant entre rods rageurs et péniches placides, quelques belles européennes et un village d'exposants très orienté "vintage". Etonnant. 
Pour accompagner le tout, un espace restauration bien foutu et une scène où se sont relayés Acoustik Ladyland et The Grasslers dont on a pu apprécier un excellent set de reprises de standards du rock à la sauce Blue Grass très excellement bon. 
Ce qui est certain, c'est que le public, très nombreux, familles ou habitués de ce genre d’événements en a eu pour son argent.  Ce qui est bien le moins qu'on puisse attendre d'une manifestation gratuite. 


OLD SCHOOL DAY 2018

mercredi 16 mai 2018

FAUSSE VIEILLE, VRAI SPORTSTER

2017 marquait les 60 ans du Sports'. Efraon Tiana de UFO GARAGE  en a profité pour relier le passé au présent avec une réplique moderne du Sporty original. C'est sur la base d'un 1200 XL de 2016 qu'il a créé cette machine. 
Pour coller au plus près de l'histoire, un réservoir d'époque a remplacé le moderne et les roues à rayon, bien entendu, sont en 19" à l'avant, et en 18" à l'arrière. Guidon maison, fidèle au modèle original, selle, nacelle de phare ainsi que le filtre à air et le garde boue avant contribuent à rapprocher la copie de du modèle. La ligne d'échappement quant à elle est une création de UFO. Un point me paraît quand même étrange, la présence de cet amortisseur de direction dont l'utilité m'échappe...
Du pur Néo rétro sur mesure.